LES TISSUS  MUSCULAIRES

On retrouve différents types de muscles :

 

         - Muscles squelettiques sont des muscles sous contrôle volontaire du système nerveux central.

 

         - Muscle cardiaque (myocarde), soumis à l'influence des hormones et se contracte de façon involontaire.

           Il se trouve uniquement au niveau du coeur.

 

         - Muscles lisses fonctionnant sans stimulus volontaire. Ce sont des muscles autour des bronches 

           viscères, vaisseaux, voie respiratoire... 

Schéma :

    Muscles

squelettiques

            Muscles à

 contraction volontaire

  Muscle

cardiaque

Muscles

  striés

Muscles 

  lisses

  Muscles

 non striés

Muscles à contraction involontaire

   

           Muscles squelettiques 

 

 

Sur le schéma ci-dessous, nous apercevons la composition d'un muscle squelettique.

Chaque fibre musculaire regroupe un ensemble de myofibrille. Chaque myofibrille contient, dans sa partie centrale, l'élément contractile : le sarcomère.

 

Le sarcomère est la plus petite unité de contraction du muscle. Chaque sarcomère renferme 2 types de protéines : l'actine et la myosine qui en glissant l'une contre l'autre réduise la taille du sarcomère. On parle alors du pont actine-myosine. On retrouve des bandes sombres (myosine) et des bandes plus claires (actine).

Décomposition d'un muscle squelettque, myofibrille, fibre musculaire, sarcomère, tendon, faisceau de fibres

Le muscle squelettique se compose d'un corps appelé le ventre et de deux extrémités généralement tendineuses servant de moyen d'union.

Les muscles formés :

- d'un ventre sont appelés monogastriques,

- de deux ventres sont appelés digastriques,

- de plus de deux ventres sont appelés polygastriques.

Selon leur forme on parle de muscles longs, courts, plats

La contraction musculaire résulte de la conversion d'une énergie chimique (ATP) en énergie mécanique (mouvement). Cet énergie est produit par le glissement des filaments d'actine et de myosine.

Les muscles squelettiques possèdent 4 propriétés fondamentales :

          1. La contractilité : capacité à se contracter sous l'effet d'une commande nerveuse, volontaire ou réflexe.

          2. L'excitabilité : capacité à réagir et à propager une stimulation électrique. 

          3. L'extensibilité : capacité à s'étirer au delà de sa longueur de repos. 

          4. L'élasticité : capacité à retrouver sa longueur de repos après un étirement ou une contraction. 

Si les fibres musculaires :

- convergent vers l'extrémité d'un tendon, on parle de muscle fusiforme,

- se fixent sur le coté latéral d'un tendon, on parle de muscle unipenné,

- se fixent sur les deux cotés d'un tendon, on parle de muscle bipenné,

- se fixent sur les cotés des subdivisions d'un tendon, on parle de muscle multipenné

Entre l'insertion proximale et l'insertion distale, le muscle peut croiser une ou plusieurs articulations :

On parle de muscle mono-articulaire et de muscle bi-articulaire

Les différentes fibres musculaires :

Fibres lentes

Fibres

intermédiaires

Fibres rapides

Type

I

IIa

IIb

Couleur

Rouge

Rose

Blanche

Production d'ATP

Oxydation

Glycolyse anaérobie

     + Oxydation

Glycolyse

anaérobie

Fatiguabilité

Très faible

Moyenne

Très importante

            Muscle cardiaque

Le myocarde, ou muscle cardiaque, est un muscle strié épais et creux

qui représente la partie du cœur capable de se contracter. 

Il comporte des éléments contractiles, se situant entre l’endocarde et le péricarde.

 

Le myocarde est composé de cellules musculaires cardiaques spécialisées appelées :

« cardiomyocytes ».

 

On retrouve 3 types de cardiomocytes :

             - cardiomyocytes contractiles 

             - cardiomyocytes cardionecteurs 

             - cardiomocytes myoendocrines 

 

 

Le myocarde est vascularisé par les artères coronaires, qui sont des branches de l’aorte, et l’alimentent en dioxygène et nutriments. L'obstruction d'une artère coronaire conduit à un infarctus du myocarde.

 

 

Le myocarde a pour originalité de se contracter de manière rythmique et involontaire. Le rythme cardiaque est contrôlé par le système nerveux périphérique autonome. Le myocarde est capable de générer des vagues de dépolarisation spontanées. 

da728da5cd_92433_coeur-lynch.jpg

Muscles lisses

Les muscles lisses ont pour fonction de faire circuler des substances dans le corps, et sont présents au niveau des parois du tube digestif, des vaisseaux saguins, mais aussi dans le système urinaire et respiratoire pour favoriser la circulation de l'urine et de l'air.

 

Un muscle lisse est un muscle composé de cellules possédant qu'un seul noyau, et se contractent de manière involontaire, à l’inverse des muscles striés.

Le muscle lisse est nommé différemment en fonction de sa localisation :

           - Au niveau de l’utérus : c’est le myomètre

           - Au niveau des vaisseaux sanguins (artères et veines) : c’est la média (couche intermédiaire)

           - Au niveau des organes creux, comme l’estomac, l’intestin grêle et le colon : il forme la musculeuse.

 

 

L’utérus, il est composé de l’endomètre et du myomètre. Le myomètre est la couche la plus épaisse du corps humain. 

Pour les vaisseaux sanguins, la paroi est composée :

            - D’une couche externe : l’adventice

            - D’une couche intermédiaire : la média

            - D’une couche interne : l’intima

 

Dans les artères : la média est épaisse et compacte.

Dans les veines : la média est plus mince ; la pression sanguine est plus faible que celle des artères.

Pour l’intestin grêle du tube digestif, les couches sont multiples et orientées différemment.

 

Les cellules musculaires lisses :

En coupe longitudinale : les cellules ont un profil allongé

En coupe transversale : les cellules ont un profil rectangulaire

 

 

Les muscles lisses sont contrôlés par le système nerveux périphérique autonome, qui ne répond pas au contrôle de la volonté. La stimulation de la contraction se fait par :

            - Hormones (adrénaline, ocytocines, angiotensine, vasopressine)

            - Facteurs locaux (teneur en O2, teneur en C02, variation de pH)

            - Facteurs mécaniques (étirement : distension due à une excèse de maétriel physiologique.

                                                  Exemple : accumulation de l’urine dans la vessie).

            - Activation spontanéé (automatisme)

 

 

On retrouve 2 types de muscles lisses qui sont distingués selon leur innervation et leur fonctionnement :

 

             - Le muscle lisse unitaire : les cellules forment souvent des couches épaisses

             - Le muscle lisse multi-unitaire : muscles isolés de petite taille.